vendredi 18 décembre 2009

Les Mystères d'Udolphe

Après la mort de son père, Émilie Saint-Aubert est placée sous la tutelle de sa tante, Mme Chéron, femme orgueilleuse et bornée qui empêchera sa nièce d'épouser l'homme qu'elle aime. Car, bien qu'il soit de caractère noble, Valancourt ne possède aucune richesse, ce qui déplaît à la tante d'Émilie. Mme Chéron épousera par la suite Montoni, un brigand caché sous le masque d'un gentilhomme. Émilie, qui sera contrainte de quitter Valancourt, et sa tante seront dès lors enfermées par Montoni dans le château d'Udolphe, bâtiment lugubre à l'architecture gothique où semblent se produire des événements mystérieux...
Les Mystères d'Udolphe, publié en 1794, a influencé nombre d'écrivains, notamment Balzac et Hugo. C'est en effet l'un des premiers romans gothiques à avoir vu le jour dans l'histoire de la littérature. La plume élégante d'Ann Radcliffe rend à merveille l'effet fantastique présent tout au long du livre. Il est seulement dommage que tout finisse par être expliqué de façon rationnelle, ce qui n'enlève rien à l'atmosphère noire qui se dégage de l'histoire.
L'œuvre de Radcliffe souffre toutefois d'une moralité un peu trop poussée. S'il est vrai que les valeurs véhiculées dans Les Mystères d'Udolphe étaient le propre du XVIIIe siècle, elles sont de nos jours assez vieillottes, et il est difficile de ne pas se sentir exaspéré des décisions d'Émilie, qui se met elle-même dans des situations ennuyeuses. Mais l'esthétique et l'élégance compensent fortement ces défauts, puisque c'est du côté de la forme et de l'ambiance que l'intérêt des Mystères d'Udolphe se situe.
Comment ne pas se laisser submerger par l'image que nous avons de l'énorme château gothique, isolé dans les hautes cimes des montagnes, entouré d'une forêt lugubre qui dessinent des ombres inquiétantes le jour et la nuit ? Bref, c'est une lecture que je recommande pour les curieux qui ont le temps de lire un roman de près de 900 pages, car il est toujours intéressant de se plonger de temps à autre dans les classiques entre deux lectures plus contemporaines
.

4 commentaires:

Gabriel a dit…

Vraiment intéressant ce billet. Je vais aller lire ce livre dès que j'en ai le temps.
Je précise ici, que le premier roman gothique a été écrit en 1764 par Horace Walpole, un auteur anglais. Le livre s'intitule
"The Castle of Otranto, a Gothic Story"

David Hébert a dit…

Intéressant, j'essaierai de me procurer ce livre. Merci beaucoup pour l'information !

camilleespresso a dit…

Encore dans le gothique, ''The monk de Lewis'' atteint un niveau de dégueux dont notre post-modernité gore a de quoi être jalouse.

David Hébert a dit…

Merci pour la suggestion, je prends en note. Et bienvenue sur mon blog !